Actualités

Baccalauréat session 2022 : des précisions

Par Jean-Christophe Ployon, publié le vendredi 15 octobre 2021 18:25 - Mis à jour le vendredi 15 octobre 2021 18:27
info.jpg

L’équilibre général entre contrôle continu (40 des 100 coefficients) et contrôle terminal (60 des 100 coefficients) au sein du baccalauréat général et technologique est maintenu. L’évaluation de chacun des enseignements et des disciplines est cependant clarifiée : désormais aucun d’entre eux n’est évalué de manière cumulative par le contrôle continu et par le contrôle terminal. L’esprit du nouveau baccalauréat est ainsi renforcé, pour inciter chaque élève à s’impliquer toute l’année dans ses apprentissages et préserver la dimension nationale et symbolique de l’examen.

60 de ces 100 coefficients sont obtenus dans le cadre d’épreuves anticipées ou d’épreuves terminales seules :

Les épreuves anticipées de français en fin de classe de première (écrit, coefficient 5 ; oral, coefficient 5) ;

Les deux épreuves pour les enseignements de spécialité suivis par l’élève en terminale (coefficient 16 pour chacune d’elle) ;

La philosophie (coefficient 8 en voie générale, 4 en voie technologique) ;

Le Grand oral (coefficient 10 en voie générale, 14 en voie technologique).

40 de ces coefficients sont obtenus par le biais du contrôle continu établi sur la base de la seule moyenne générale issue des moyennes annuelles des bulletins scolaires du cycle terminal pour les candidats scolarisés dans l’enseignement public et dans l’enseignement privé sous contrat d’association avec l’État. 

Les évaluations communes sont supprimées au profit d’un contrôle continu plus souple, accompagnant les apprentissages et conduit dans le cadre de la classe. Des repères nationaux seront diffusés aux équipes pédagogiques afin que soit préservée l’égalité de traitement des élèves. 

Ces 40 coefficients de contrôle continu sont répartis comme suit : 

Toutes les disciplines du tronc commun qui ne font pas l’objet d’épreuves terminales (langues vivantes A et B, histoire-géographie, éducation physique et sportive, enseignement scientifique pour la voie générale, mathématiques pour la voie technologique) se voient attribuer chacune un coefficient 6 (3 en 1ère, 3 en terminale) ;

L’enseignement de spécialité abandonné en fin de classe de première est crédité d’un coefficient 8 (soit la moitié des enseignements de spécialité conservés par le candidat en classe terminale) ; 

 Enfin, l’enseignement moral et civique reçoit un coefficient 2 (1 en première, 1 en terminale).